Cabinet de Psychothérapie 

51 rue Cardinet 

75017 Paris

 

.

.

Consultations sur RDV

 

06 79 72 85 08

.

Suivez moi sur:

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle

CA VOUS INTERESSE AUSSI

Vous vous aimez et pourtant vous n'arrivez pas à communiquer?

09.01.2018

1/10
Please reload

Limites et maltraitance

15.02.2015

S’ouvrir à l’autre fait partie de l’intimité, mais cela ne signifie pas qu’il faille tout accepter de lui et qui plus est, d’accepter de se faire maltraiter. Il existe deux types de maltraitance qui s’expriment et se vivent dans une palette de nuances souvent inimaginables, la maltraitance corporelle qui s'exprime sous deux formes, physique et/ou sexuelle et une autre, plus sourde, la maltraitance psychologique.

 

Mais où commence la maltraitance? Vaste question. Nous avons tous des limites différentes, un seuil de tolérance qui nous est propre. Au-delà de ces repères, lorsque nous répondons aux demandes insistantes de notre partenaire sans nous poser la question de savoir si cela nous convient, si nous « acceptons » de faire ce que nous n’avons pas envie de faire, si nous nous convainquons qu’au fond ça n’est pas si grave si pour une fois nous renions nos valeurs, notre cadre, nos besoins fondamentaux, c’est peut-être là que commence une certaine forme de maltraitance.

 

Mais nous n’avons pas toujours besoin d’un autre pour nous faire du mal. Car quand on a été maltraité très jeune et qu’on a été sous l’emprise d’un parent dominateur il n’est pas rare qu’à l’âge adulte nous n’arrivions pas à prendre soin de nous, vraiment soin de nous, c’est à dire au-delà des apparences. L’enfant victime d’un amour parental abusif est la plupart du temps persuadé d’être à l’origine du problème. Pour lui il est impensable d’attribuer les torts exclusifs à ses parents. « Si il agissent ainsi c’est pour bien, c’est que je l’ai mérité… ». Si dans l’enfance nos besoins premiers n’ont pas été satisfaits, il peut donc arriver que nous « acceptions » d’être maltraité dans nos relations adultes ou que nous nous privions de ce qui est bon pour nous, ce qui est une forme d'auto-punition.

 

Quand on a été maltraité enfant, il y a eu défaut de protection. Alors comment en grandissant apprendre à prendre soin de soi, à se protéger quand cela est nécessaire et à trouver dans les relations amoureuses une juste distance? 

Ce travail constitue une partie importante du travail effectué en thérapie. Un travail de réparation, d’apprentissage et de transformation. Et puis il est grand temps d’apprendre à dire non, à dire stop, et à mettre nos limites, à bon escient.

 

Please reload